Partagez
Aller en bas
Messages : 5
Date d'inscription : 18/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Compte-rendu de le 1ère réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde

le Sam 7 Avr - 12:16
Comité Génération.s Rive Droite Gironde
réunion du 31 mars 2018
Salle Richard à Floirac

Cette première réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde s'est tenue avec une partie des membres du comité de Bordeaux « Les Augustes » dont sont issu.e.s Justine Adenis et Christophe Bagilet. Habitant.e.s Floirac, J.A. et Ch.B. ont proposé la création de ce comité pour la Rive Droite au sens large, de Bordeaux.

Présent.e.s : Stéphanie Mariette, Cécile Chaunier, Thierry Navailles, Dany Cazeaux, Danièle Delpierre, Gérald Elbaz, René Bonavita, Sandrine Delors, Violette de Mongazin-Nadine, Franckie Chauve, Magdalena Kutnik, Gérard Synnaeve, Jean-Jacques Puyobrau maire de Floirac, Christophe Bagilet, Justine Adenis.

Répartition parole : Justine Adenis

Christophe Baliget souhaite la bienvenue à tous et à toutes et rappelle les règles de bienveillance pour le bon déroulement des débats. Il cède ensuite la parole au maire de Floirac, JJ Puyobrau qui déclare nous prêter la salle avec plaisir et intérêt.
J.J.P. indique qu'il a apprécié le projet présidentiel de Benoit Hamon qui intégrait les changements de société dans les modes de travail. Il trouve intéressant le revenu universel d'existence dans ces nouveaux rapports au travail et à la consommation.

Ch. B. dit que les autres partis et aussi le PC refusent de voir ces changements et ont des luttes d'arrière-garde.

J.A. expose la création du mouvement Génération.s le 2 décembre 2017 au Mans et présente la charte du mouvement qui décrit les grands principes fondamentaux de celui-ci : démocratie, écologie, social, féminisme donc de gauche.

J.A. explique le fonctionnement actuel de la direction du mouvement par un conseil provisoire : le conseil politique provisoire de 30 membres proches politiquement de Benoit Hamon. Un  deuxième conseil est constitué de 30 citoyens tirés au sort après s'être inscrits sur le site de Génération.s.
Ensemble, ces deux conseils ont commencé à élaborer les statuts de Génération.s lors de deux réunions. Une 3ème date reste à trouver pour les finaliser avant le congrès du mouvement qui aurait lieu début juillet 2018. Christophe Bagilet fait parti des citoyens tirés au sort.

Gérald E. indique que la difficulté de trouver une 3ème date commune est liée au souhait d'horizontalité du mouvement : cela monopolise beaucoup de temps et d'argent. Cela peut aussi faire naître des contradictions comme le coût carbone de tous ces déplacements. Cependant une solution comme la visio-conférence amenuise la relation et la réactivité dans les débats.  

Il précise aussi que le tirage au sort s'est effectué avec un algorythme qui devait tenir compte de la diversité sociologique, d'âge, de sexe et territoriale pour obtenir un équilibrage.

Ch.B. Indique que diversité ne veut pas forcément dire représentativité. Il trouve courageux le fait de confier l'élaboration des statuts d'un nouveau mouvement à des inconnus dont on ne sait rien.

Gérald E. précise que c'était aussi le cas pour le programme présidentiel de BH qui a été amendé par des propositions de citoyens. Les frais de déplacement résultant de ces réunions de travail ont failli être rejetés par la commission des comptes de campagne. Il attire notre attention sur le risque de mener des actions au nom de Génération.s en période électorale qui peuvent entrer dans le compte total des dépenses de campagne. Ces dépenses sont plafonnées et il est souhaitable de les diriger vers des objectifs bien déterminés. En période électorale, les drapeaux Génération.s réalisés par le comité de Bordeaux les Augustes seraient entrés dans les comptes de campagne. Les comités devront y faire attention à partir du début de la campagne pour les européennes (date?).

Une personne indique que E. Macron avait aussi des comités qui faisaient des propositions avant les élections mais Gérald répond que c'était un leurre car le programme était déjà écrit. Donc, il n'était tenu aucun compte des propositions.

Christophe indique que c'était la crainte des inscrits au début du travail sur les statuts.
Gérard S. ajoute que c'est cette verticalité qui l'a éloigné du syndicalisme et JJP note que c'est le problème des vieux partis qui n'arrivent pas à changer leur fonctionnement.
JJP quitte ensuite la réunion.

Nous abordons le problème de la notoriété du mouvement qui est faible.
Sandrine D. pense que le nom est difficile à comprendre, beaucoup de personnes lui demandent ce qu'il veut dire. Il faut se référer à Benoit Hamon pour faire comprendre son placement sur l'éventail politique.
Violette dit que les élections n'ont pas été un échec pour les idées portées par BH.


Cécile Ch. demande d'où sort le groupe Génération.s au Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine.
Gérald précise que Génération.s est un mouvement mais il est sous le coup de la loi des partis politiques.
Il indique que des personnes présentes sur les listes ou en société civile peuvent créer un groupe même si ce n'est pas un parti politique. Il faut juste un nombre suffisant.
Il faut des élus pour ne pas être hors-sol. Les idées de campagne structurent le débat public mais il faut des personnes pour les porter. Certains militants encartés dans d'autres partis sont venus à Génération.s pour le faire mais sans représentation. C'est pour cela que s'est formé le groupe à la Région. De plus, chaque groupe bénéficie de moyens par la Région ce qui est appréciable pour le mouvement qui en a peu pour l'instant.
Actuellement, Génération.s ne peut payer qu'un seul permanent.

La question est posée du lien entre les comités et les élus régionaux.
Il existe une page FB du Groupe Génération.s Nouvelle Aquitaine : https://www.facebook.com/Groupe-G%C3%A9n%C3%A9rations-Nouvelle-Aquitaine-281412195728604/

Stéphanie demande comment convaincre d'autres élus pour avoir plus de poids.
Gérald répond que BH a fait cela avec des élus d'Île-de-France mais qu'il n'est pas dans une démarche de débauchage à double-tranchant.

Christophe indique que se profile un projet de groupe Génération.s à la mairie de Floirac.

C'est le travail des militants qui convaincra de se rallier à Générations.
Violette indique qu'elle ne veut pas être une vendeuse de pub mais préfère discuter longuement avec les personnes pour les laisser venir aux idées de Génération.s ; surtout les personnes qui se disent dégoutées par la politique ou qui pensent que ce n'est pas à eux de penser la politique.
De plus, les personnes assimilent BH au PS et aux reniements du dernier quinquennat.

Sandrine se demande comment parler des idées sans parler forcément de BH.
Gérald répond que c'est le schéma du culte de la personnalité contre l'idée d'un collectif. Il note que les journalistes ne cherchent qu'à interviewer BH pour parler de Génération.s. Il faut se garder de tomber dans le même problème que les Insoumis.

Violette note que chez les Verts, on ne sait pas qui est le chef. C'est un problème.
Gérald remarque que lorsqu'ils avaient une tête connue aux élections européenne, ils ont fait 17% et lorsqu'ils ont voulu plus d'horizontalité, ils ont fait 3%...
Il faut trouver le bon curseur. Il peut y avoir 2, 3 têtes connues mais cela peut faire naître des désaccords.

Violette rappelle que Cohn-Bendit a dynamisé les Verts et que Voynet l'a coulé.
Gérald rétorque qu'au gouvernement, Voynet a quand même maintenu les 35h attaquées et mis en place des emplois verts. Et que l'épreuve du gouvernement oblige a des compromis.

Il ne faut pas forcément chercher à convaincre directement mais chercher plutôt à exposer clairement les idées du mouvement pour que les personnes s'en emparent.
Sandrine pense que Génération.s a des idées innovantes mais il faut une position dominante pour les appliquer. Elle craint de se faire traiter d'irréalisme et ne voit pas comment ces idées pourront s'imposer avec seulement quelques élu.e.s par-ci par-là.
Thierry précise que dans l'objectif de prendre le pouvoir, il faut plus d'élu.e.s.

René pense que pour avoir plus de poids, il faut que les personnes (les élu.e.s?) s'inscrivent sur le site et adhèrent à la charte.

Gérald dit qu'il faudra profiter du retour d'expérience du R.U.E dans 13 départements, ce qui permettra peut-être de convaincre de nouveaux militants.
Mais, il soulève le risque que ces idées ne soient appliquées que partiellement et semblent alors mauvaises. Il faut donc avoir des élues pour les faire appliquer complètement et ne pas seulement rester un club de réflexions.

Stéphanie demande à Sandrine si la question est celle des gens non-élus qui représentent Génération.s. Elle répond qu'ils n'ont qu'un petit champ d'action.
Christophe fait remarquer qu'en générale 20% des gens seulement votent aux élections qui auront des conséquences pour les autres 80%.

Gérald indique que Génération.s est dans un moment contradictoire : prendre le temps de polliniser les idées dans la société et agir vite en vue des élections européennes.
Par exemple, sur la décision stratégique de s'allier à Varoufakis, on reproche à BH de ne pas avoir consulté les militants pour leur accord. C'est la question d'avoir des locomotives et de comment faire des listes sans têtes connues ?

La question du tirage au sort de candidats est posée.
René propose des sièges tournants pour les futurs élu.e.s européen.e.s.
Stéphanie demande comment faire émerger des têtes.
Franckie pense que c'est à nous de les porter parce que nous savons qu'ils sont aptes à ce poste.
Gérald répond que ce n'est pas facile de connaître les aptitudes de « primo-élu.e.s ».
Il donne l'exemple d'une élue des Motivés à Toulouse qui s'est retrouvée devant 312 délibérations à examiner et qui en a raté une importante qui concernait un problème dans une crèche privée.

Quelqu'un remarque les nombreuses maladresses des nouveaux députés LREM qui ne connaissent pas les modes de fabrication de la loi.

Gérald indique que c'est pour cela que BH a défendu le « spoil system » américain qui consiste à remplacer toute l'administration en place par la sienne. Il préconise cela après avoir entendu un fonctionnaire de l'administration dire à Axelle Lemaire ( ex-secrétaire d'État chargée du numérique sous Hollande) : « vous êtes la poussière, je suis le meuble. Vous partirez, je resterai ».

Il indique aussi qu'au parlement européen, les nouveaux élu.e.s sont confronté.e.s à un problème peu connu : ils ne peuvent faire du portage de projet en commission qu'après 2 mandats... Ce qui a empêché Emmanuel Maurel, élu PS, d'accéder à certains documents lors de son mandat.

Mais, on ne peut pas faire l'impasse sur les élections européennes. Il nous faut des élu.e.s européen.e.s car le cadre actuel bloque beaucoup de nos sujets. De plus les indemnités des élu.e.s européen.e.s financeront les autres campagnes électorales. Il faudra trouver une régulation entre la notoriété de certains et faire apparaître de nouvelles personnes ainsi qu'une nouvelle génération.

La réunion se clôt et nous prenons un pot ensemble grâce aux boissons et gâteaux apportés par Christophe.

La prochaine réunion se tiendra probablement dans cette même salle au début du mois de mai. Nous ferons passer un doodle par mail pour trouver une date.

Justine Adenis
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 04/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compte-rendu de le 1ère réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde

le Sam 7 Avr - 14:43
Bon , quand j'ai dit que Cohn Bendit avait dynamisé les Verts et que Voynet les avait coulés, c'était plutôt pour dire que suite aux propos enthousiastes de Dany (qui j'avoue, m'avait séduits à l'époque), les Verts avaient décidés d'aller au pouvoir en s'alliant avec le PS. Ça avait marché, et Dominique Voynet a été ministre de l'environnement en 1997. Mon propos était de dire qu'il ne suffit pas d'être au gouvernement pour faire passer ses idées. Je n'en veux pas du tout à Dominique, elle n'est pas responsable de ça et j'en veux en revanche à Dany qui est devenu libéral). Qui gouverne réellement en ce monde d'aujourd'hui ? Quel poids ont les gouvernements face à des entreprises internationales au CA parfois bien supérieur au PIB de certains pays ?
Messages : 5
Date d'inscription : 18/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compte-rendu de le 1ère réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde

le Sam 7 Avr - 16:54
C'est bien là la question de toute la stratégie que l'on doit mettre en place avec les autres pays européens pour constituer un poids à leur mesure. Pour Commencer.
avatar
Messages : 31
Date d'inscription : 04/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Compte-rendu de le 1ère réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde

le Sam 7 Avr - 17:00
Oui. Je voulais éclairer mon propos, qui n'était pas de dire "vive Cohn Bendit, à bas Voynet", ce qui ne correspond pas du tout à ce que je pense, c'est tout. Je voulais que ce soit clair, même si en fait c'est anecdotique et ne nous concerne pas vraiment!
Contenu sponsorisé

Re: Compte-rendu de le 1ère réunion du comité Génération.s Rive Droite Gironde

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum